15 juin 2021

Effet de la météo sur la production nucléaire : prévisions pour l’été 2021

Les conditions météorologiques peuvent avoir un impact significatif sur la production des centrales nucléaire françaises : au cours des six dernières années, les canicules et les sécheresses ont entrainé près de 360 arrêts ou baisses de production sur le parc nucléaire français, causant jusqu’à 6.2GW d’indisponibilités.

Depuis sa création 2019, Callendar a acquis un savoir-faire dans la prévision à court-terme de ces indisponibilités et la modélisation des effets à long-terme du changement climatique sur la production nucléaire. Nous proposons pour la première fois une évaluation du risque d’indisponibilité pour causes météorologiques à moyen-terme pour l’été 2021.

> Télécharger l’étude complète

> Consulter notre offre de prévision de la disponibilité à court-terme

prevision disponibilité 2021 parc nucléaire français en cas de canicule ou sécheresseCette évaluation porte sur la période comprise entre le 1er juillet et le 30 septembre 2021. Elle s’appuie sur des données climatologiques et les indisponibilités passées de chaque centrale et tient compte des arrêts programmés communiqués par EDF.

Selon cette analyse, le pic d’indisponibilité pour les mois de juillet et août devrait être inférieur à 2500 MW en cas d’été normal et à 3700 MW dans un scénario de canicule sévère, comparable à celle de juillet 2019. En particulier, les centrales du Bugey et de Saint Alban devraient faire face à des indisponibilités répétées à partir du milieu de l’été. Ces arrêts devraient se prolonger jusqu’à la fin de la période étudiée pour Bugey et au 20 août pour Saint Alban.

La situation à la rentrée est plus incertaine. Nous évaluons la puissance maximale indisponible entre 900 et 2200 MW si l’été est humide ou modérément sec. Cependant en cas d’étiage sévère sur le Rhône et la Meuse, le pic d’indisponibilité pourrait atteindre 5000 MW dans la deuxième quinzaine de septembre.

Dans tous les cas, la capacité maximale indisponible pour raisons climatique au cours de l’été 2021 devrait rester inférieure aux niveaux atteints en 2018 et 2019 (5700 et 6100 MW respectivement).